Après l’affichage du premier article, le chargement des articles suivants nécessite environ une minute d’attente.

ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


 

jeudi 30 juin 2011

GUYSEN-TV : LA TUNISIE ET L'EGYPTE A LA RECHERCHE DE LEUR AVENIR




GUYSEN-TV : LA TUNISIE ET L'EGYPTE A LA RECHERCHE DE LEUR AVENIR 


En illustration du débat de Guysen, voir la vidéo montrant l'attaque d'un cinéma en Tunisie par des islamistes salafistes.

Un débat entre :

Zvi MAZEL, ancien Ambassadeur israélien en Egypte 

et

Jacques BENILLOUCHE, journaliste

au micro de Myriam DANAN

Vidéo Partie/1
Cliquer sur le triangle noir pour voir la vidéo


Vidéo Partie/2

En illustration de ce débat, voir la vidéo montrant l'attaque d'un cinéma en Tunisie par des islamistes salafistes.

jeudi 23 juin 2011

SLATE-AFRIQUE : Existe-t-il une identité tunisienne autre qu'islamiste?




SLATE-AFRIQUE : Existe-t-il une identité tunisienne autre qu'islamiste?


par Jacques BENILLOUCHE 

La dictature avait étouffé l'expression du peuple pour mieux le mâter. Sous la menace islamiste, comment les Tunisiens parviendront-ils à se réapproprier leur identité ?



Après la «révolution surprise», la Tunisie est à la recherche de son avenir. Selon l’expression d’un confrère, après trois semaines passées à Tunis et dans le sud, le pays «manque de discours».
La révolution a été trop rapide pour être prévisible. Elle n’a même pas été rêvée tant elle semblait inaccessible, mais elle parait aujourd’hui orpheline. Les régimes de Habib Bourguiba et de Zine el-Abidine Ben Ali ont éradiqué toute velléité d’initiative de la jeune génération pour décourager les ambitions politiques. Même l’armée a été volontairement délaissée au profit des services de sécurité pour empêcher l’éventuelle émergence d’un colonel séditieux.....

Lire la suite sur le site de Slate-Afrique en cliquant sur le lien :


http://www.slateafrique.com/2779/identite-tunisienne-islamiste-benali





SLATE : L'armée, l'élément clé des révolutions arabes



SLATE : L'armée, l'élément clé des révolutions arabes


par Jacques BENILLOUCHE


Les révolutions arabes, qui se sont élevées contre des dictatures issues de coups d’Etat militaires, s'appuient paradoxalement sur l’armée pour renverser les régimes en place et permettre une ouverture démocratique


L'armée syrienne se déploie dans le village d'Arida à la frontière libanaise
Les révolutions arabes se font avec (Tunisie et Egypte) ou contre l'armée (Syrie). L'attitude des militaires, notamment des hauts gradés, leur loyauté vis-à-vis des régimes ou de la population civile, sont déterminantes. Les militaires peuvent assurer la relève des régimes dictatoriaux, être le rempart contre l’arrivée des extrémistes au pouvoir, ou tenter de maintenir par la force les dictateurs en place. De fait, l’armée est dans les pays arabes la seule structure organisée qui n’a pas trop trempé dans les affaires véreuses de l’Etat et dont les dirigeants sont issus d’une élite forgée souvent au contact des écoles militaires étrangères. Pour autant, dans les trois exemples qui suivent, en Tunisie, en Syrie et en Egypte, l'attitude et l'histoire des forces armées sont à chaque fois particulières....

Lire la suite sur le site de Slate en cliquant sur le lien:



lundi 20 juin 2011

SLATE : Le chien a-t-il été condamné à la lapidation par des rabbins?




SLATE : Le chien a-t-il été condamné à la lapidation par des rabbins?

Une information publiée dans Yedioth Aharonoth et reprise dans la "revue de presse" de Slate a entraîné des accusations à l'encontre du seul site Slate et de ses "journaleux". Une mise au point s'imposait donc.

Le 16 juin, le site israélien Ynet rapportait qu'un tribunal rabbinique de Jérusalem avait condamné un chien errant à la mort par lapidation. Selon ce média, les juges soupçonnaient le chien d’être la réincarnation d’un célèbre avocat laïque qui les avait insultés 20 ans auparavant. Mais l'histoire est peut-être un peu plus complexe, voire fausse!

Première version: le chien condamné

Selon le site Behadrei Hadarim cité par Ynet, le chien avait pénétré dans le tribunal rabbinique en charge des litiges économiques du quartier ultra-orthodoxe de Méa Shearim, effrayant les visiteurs du tribunal et refusant de partir malgré les efforts de ces derniers.
Un des juges se serait alors rappelé qu’un célèbre avocat laïque qui avait insulté le tribunal il y a 20 ans avait été maudit par les juges, qui avaient fait le vœu de voir son esprit se réincarner dans celui d’un chien, considéré comme un animal impur dans le judaïsme traditionnel souligne BBC News. L’avocat en question est mort il y a quelques années. L’AFP souligne que certaines écoles de pensée judaïquescroient en la transmigration de l’âme.
L’un des juges, qui n’a toujours pas digéré l’offense, aurait donc condamné l’animal à la mort par lapidation, et recruté des enfants du quartier pour exécuter la peine. Mais le chien a finalement réussi à s’échapper.
Ynet soulignait qu'un membre du conseil municipal de Jérusalem avait envoyé une lettre au ministre de la Justice pour qu’il «s’occupe des criminels». L’organisation de défense des animaux Let Animals Live a déposé une plainte à la police contre le rabbin Levin. Peta, une organisation similaire américaine, a déclaré dans un communiqué cité par l’agence de presse israélienne Ma’an:
«En condamnant un animal innocent à une mort douloureuse pour une raison aussi absurde, le tribunal rabbinique s’est non seulement complètement décrédibilisé, mais a également violé un des principes les plus importants du judaïsme qui interdit d’infliger une souffrance à quelque créature vivante que ce soit.»

Deuxième version: pas de condamnation, mais des enfants encouragés

Le responsable du tribunal, le rabbin Avraham Dov Levin, a démenti avoir appelé à la lapidation du chien, mais un membre du tribunal a confirmé l’information à Ynet:
«Elle a été ordonnée par les rabbins à cause du tort qu’il avait causé au tribunal. Ils n’ont pas rendu de décision officielle, mais ont donné l’ordre aux enfants du quartier de lui jeter des pierres pour le faire partir. Ils n’ont pas considéré cela comme un acte de cruauté envers l’animal, mais plutôt comme un moyen approprié de “se venger” de l’esprit qui avait pénétré le pauvre chien.»

Troisième version: une histoire totalement déformée

Mais d'après plusieurs blogs, le journal israélien Maariv –l'un de ceux qui a rapporté cette histoire dans le pays– a publié un démenti, reprenant les propos du rabbin Avraham Dov Levin expliquant qu'il n'y avait aucune base logique ni théologique pour maltraiter le chien.
Dans un communiqué (traduit par ce blog en anglais via Google Translate), le rabbin a précisé que le chien était une chienne, enceinte, et que le tribunal avait simplement appelé les services de la mairie pour récupérer le chien qui refusait de sortir. Les enfants du voisinnage, peut-être pas habitués aux chiens (mais beaucoup plus aux chats errants), se seraient réjouis de sa visite d'où des cris et autres applaudissements.



L'AFP a également envoyé ce message aux médias français:
ATTENTION - ANNULATION: Merci d’annuler cette dépêche du 17 juin, basée sur une fausse information rapportée par des médias israéliens. Pas de nouvelle version //

lundi 6 juin 2011

SLATE : L’IRAN N'A PAS RENONCE A LA BOMBE NUCLEAIRE




SLATE :  L’IRAN N'A PAS RENONCE A LA BOMBE NUCLEAIRE

Par Jacques BENILLOUCHE



Les dirigeants israéliens soufflent le chaud et le froid dans une sorte de jeu pour brouiller les pistes et détourner l’attention sur leurs intentions réelles à l’égard de l’Iran.

Pour lire l'article sur Slate cliquer sur le lien :

http://www.slate.fr/story/39095/iran-bombe-programme-nucleaire