ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

mercredi 12 novembre 2014

À LA DÉCOUVERTE DE RABBI MEÏR De Dov ZERAH





À LA DÉCOUVERTE DE RABBI MEÏR

De Dov ZERAH

Éditions des Rosiers

Une recension de l’ouvrage par Jacques BENILLOUCHE



On n’attendait pas Dov Zerah sur ce registre. Conseiller maître à la Cour des Comptes, il est plutôt spécialisé dans les affaires économiques et financières avec la publication de six livres d’économie. Il a cependant consacré cinq années à la rédaction de la biographie de Rabbi Meïr. La légende raconte que Rabbi Akiva avait 24.000 élèves, les uns plus érudits en Torah que les autres. Ces étudiants périrent au cours des 33 premiers jours d’Omer. Il restaura l'étude avec cinq restants dont Rabbi Meïr, appelé aussi Meïr Baal Haness.



Dov Zerah a accepté le véritable défi de nous faire découvrir Rabbi Meïr alors que «nous ne connaissons ni sa date de naissance (vers110), ni son lieu de naissance, ni sa date de décès (vers175), ni son lieu de décès, certains doutent que le tombeau au sud de Tibériade soit vraiment le sien.» Les originaires de Tunisie se souviennent bien de ces soirées de commémoration où la bonne chère accompagnait l’allumage des bougies et les chansons de circonstance.  Mais en dehors de ce côté folklorique et festif, l’auteur a tenu à effectuer un travail de recherche après avoir été convaincu de la similitude de destin entre le rabbin et ses parents qui ont perdu un garçon. En effet, Rabbi Meïr a eu deux fils qui moururent de son vivant.

Rabbi Meïr est un Tana, un répétiteur dont le rôle consistait à «formuler un enseignement, à transmettre la loi orale, en s’assurant qu’elle ne subisse aucune déformation, modification. Le transporteur va se transformer en notaire avec le travail de consignation de la Mishna [1]. C’est un docteur de la loi». Il fait partie de la troisième génération des Tanaïms qui ont vécu pendant et suivant la destruction du Temple.

Dov Zerah a effectué un travail historique très documenté et rigoureux car les références abondent dans son livre. Il profite de la biographie de Rabbi Meïr pour survoler l’histoire du peuple juif, des constructions et des destructions des deux temples de Jérusalem qui occupent aujourd’hui une actualité dramatique et brûlante.
Il ne s’agit pas d’un ouvrage religieux, hermétique aux profanes et aux laïcs, mais d’Histoire, de la belle histoire de la condition des Juifs de l’époque. Il s’agit presque d’une vulgarisation des textes, au sens noble du terme. La découverte de Rabbi Meïr nous entraîne vers l’apprentissage de l’histoire biblique d’une manière presque ludique. Ce n’est pas un roman mais un livre de références qui peut se parcourir par tranches, de manière non chronologique, au gré du plaisir et de la curiosité du lecteur, une sorte de petite encyclopédie de l’histoire juive ou comme le dit l’auteur, «un exceptionnel momentum historique», un livre de chevet.
 La personnalité du rabbin est d'autant plus sympathique  qu'il était «ouvert et tolérant à l'égard des autres, y compris des non-Juifs, refusant l'affrontement» et de ce point de vue au moins, il pourrait servir d'exemple moderne à plusieurs d'entre nous en cette période trouble.


[1] La Mishnah, répétition en hébreu, est la première et la plus importante des sources rabbiniques obtenues par compilation écrite des lois orales juives, projet  considéré comme le premier ouvrage de littérature rabbinique. Elle fait  référence à l'ouvrage recensant l'opinion et les conclusions des rabbins de l'époque. Les auteurs sont les Tannaïm ou répétiteurs, car ils répétaient les traditions apprises de leurs maîtres.  La Mishnah compile les différentes traditions orales, leurs polémiques et leurs résolutions, lorsqu'il y en a. L'exposé de la Mishnah et son développement dans la Gémarah forme le corpus du Talmud.

Editions des Rosiers 

1, Rue Bernard Palissy
92310  SEVRES

01.49.66.92.36


Chez Amazon avec ce lien



1 commentaire:

Anonyme a dit…

Publiez-en quelques "bonnes feuilles", qu'on ait un avant-goût...