ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

mercredi 19 avril 2017

Marek EDELMAN : Le héros oublié du Ghetto de Varsovie


MAREK EDELMAN : LE HÉROS OUBLIÉ DU GHETTO DE VARSOVIE

Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright © Temps et Contretemps
            

          Tous les ans, les Israéliens commémorent le déclenchement de la révolte du ghetto de Varsovie du 19 avril 1943. Marek Edelman, décédé le 3 octobre 2009 à Varsovie, a été volontairement oublié par l’Histoire d’Israël. Toute sa vie, il est resté fidèle à ses convictions sans que la catastrophe de la Shoah ne l’ait fait dévier de ses choix immuables. Né le 1er janvier 1919 et devenu cardiologue, il avait baigné dès sa naissance dans le Bund, le mouvement socialiste juif créé en Pologne. Israël ne veut retenir de cet épisode valeureux que l’héroïsme de son compagnon de combat, Mordechai Anielewicz, sioniste de gauche, avec lequel il avait fondé en 1942 l’Organisation Juive de Combat.


Mordechai Anielewicz en uniforme du mouvement de jeunesse sioniste socialiste Hashomer Hatzaïr 


            Aidés par le gouvernement polonais en exil à Londres, ils avaient décidé de provoquer une insurrection pour enrayer la vague de déportation des Juifs du ghetto par les nazis. Ils symbolisent, encore aujourd'hui, le combat courageux d’une poignée de Juifs contre les armées nazies qui allait préfigurer le combat de l’État d’Israël. Mordechai Anielewicz, commandant de l'Organisation militaire juive, avait écrit le 23 avril 1943 sa dernière lettre : «Les Allemands ont fui par deux fois du ghetto. L'une de nos compagnies a résisté 40 minutes et une autre s'est battue pendant plus de six heures... Nos pertes en vies humaines sont faibles et ceci est également une réussite... Grâce à notre radio, nous avons entendu une merveilleuse émission relatant notre lutte. Le fait que l'on parle de nous hors du ghetto nous donne du courage. Soyez en paix, mes amis de l'extérieur ! Peut-être serons-nous témoins d'un miracle et nous reverrons-nous un jour. J'en doute ! J'en doute fort ! Le rêve de ma vie s'est réalisé. L'auto-défense du ghetto est une réalité. La résistance juive armée et la vengeance se matérialisent. Je suis témoin du merveilleux combat des héros juifs...»

            Les Juifs se sont opposés à la machine de guerre des Waffen SS pendant trois semaines, avec à peine deux cents résistants, dans un combat inégal et désespéré. Une répression sans pitié, face à une situation sans issue, entraînera alors le commandant en chef Anielewicz au suicide le 8 mai 1943 avec une partie de son État-Major avant de transmettre ses pouvoirs à son second, Marek Edelman. Ce dernier n'eut alors qu'un commentaire impitoyable sans aucun respect pour celui qu'il remplaçait : «un chef n’a pas le droit de se suicider ; il doit se battre jusqu’au bout, d’autant qu’il était possible de fuir le ghetto, malgré les barrages». Mais il a dû se résoudre, lui aussi, à cesser le combat et à fuir par les égouts avec une quarantaine de survivants tandis que les nazis mettaient le feu au ghetto.  Il se défendit en affirmant que : «ce sont les flammes qui l’ont emporté sur nous, pas les Allemands».
            Ce personnage complexe reste encore aujourd’hui difficile à cerner. Marek Edelman symbolise le premier et le plus spectaculaire exemple de résistance juive armée contre les nazis. Et pourtant, il a perdu son aura le jour où il a refusé de mettre son expérience militaire au service de la création de l'armée d'Israël. Cette tache indélébile le marquera à jamais dans l’Histoire juive alors que son image héroïque du Juif combattant les armes à la main aurait pu inspirer les jeunes luttant pour l’indépendance d’Israël. Il a été l’un des rares héros juif à avoir traversé indemne la Shoah, mais cela ne l’a pas empêché de rester en marge du monde juif moderne. Il se voulait avant tout polonais et subsidiairement juif. À ce titre il refusa toujours d’assister aux commémorations officielles de la révolte du ghetto pour des raisons qu’il n’a jamais explicitées. Certains pensent qu’il ne tenait pas à se remémorer une défaite car la révolte fut un échec. D’autres estiment qu’il regrettait que le soulèvement ait été récupéré politiquement par les instances sionistes.
Ruine du ghetto en 1943

            Le respect inébranlable à son dogme socialiste l’amena à fermer les yeux sur les manifestations antisémites de 1968 en Pologne qui pousseront sa famille, sérieusement inquiétée, à choisir l’exil en France. Sa femme exercera à Paris comme pédiatre et sera cofondatrice de Médecins du monde ; son fils Aleksander deviendra directeur de recherche au CNRS à l'hôpital Necker. Mais il continuera à affirmer sa fidélité indéfectible à la Pologne, qui n’a cessé de le rejeter en tant que Juif, en acceptant d’être élu député de 1989 à 1993. Son attitude de rejet de tout attachement à Israël restera un mystère alors que la communauté juive est toujours fervente de symboles. C’est pourquoi, l’Histoire d’Israël l’ignorera et associera l’unique nom d’Anielewicz à la révolte du Ghetto de Varsovie.

        Bernard Kouchner le fit Commandeur de la Légion d’Honneur en avril 2008 alors qu’Israël ne lui a octroyé aucune décoration car l’État juif ne lui a jamais pardonné son antisionisme viscéral : «chez moi, il n’y a de place ni pour un peuple élu, ni pour une terre promise». En fait ce fut un gauchiste avant les gauchistes. Pour marquer son véritable refus d’une quelconque allégeance à Israël, il s’est ouvertement rapproché des pires ennemis de l’État juif et il se justifiait : «quand on a voulu vivre au milieu de millions d’arabes, on doit se mêler à eux, et laisser l’assimilation et le métissage faire leur œuvre».
            Il avait choisi de pactiser avec les Palestiniens et de s’associer à leur combat avec certaines réserves cependant. Ainsi en octobre 2002, il adressa une lettre ouverte aux groupes armés palestiniens pour qu’ils cessent les attentats suicides : «Nos armes n’ont jamais été tournées contre une population civile sans défense. Nous n’avons jamais tué de femmes ni d’enfants». Les Israéliens ont été scandalisés par le parallèle qu’il fit entre les héros du Ghetto de Varsovie et les kamikazes palestiniens. Avec le temps on finira bien par trouver une explication plausible à l’idéologie antisioniste de Marek Edelman, devenu renégat pour Israël parce que ses propos dénotaient une haine, teinté d’amour, envers l’État juif.
Jeunes bundistes

            Seul le retour à l’histoire du Bund pourrait justifier ou, au moins, éclairer sa position intransigeante. Les Juifs constituaient, dans l’Empire Russe à la fin du 19ème siècle, une minorité de six millions fortement concentrée dans les grandes villes de Varsovie, Kiev, Odessa ou Vilnius. La grande majorité, qui parlait yiddish, était fortement prolétarisée. Les pogroms dont ils furent les victimes donnèrent naissance à un élan où le syndicalisme, la politique et l’auto-défense devaient cohabiter.
          Le mouvement ouvrier juif, né en cette période, s’était alors trouvé confronté à trois choix. D’une part, celui des Bolcheviks et des Mencheviks, ou des Socialistes Révolutionnaires qui considéraient que l’émancipation des peuples opprimés passait par la révolution et que la notion même de nationalité ne pouvait être d’actualité. À l’autre extrémité, le choix des sionistes dont les dirigeants, originaires en majorité de l’Empire russe, jugeaient que l’antisémitisme inéluctable se combattait par le départ en Palestine pour la création d’un foyer juif. Mais en ce temps, ils prêchaient dans le désert puisque la majorité des immigrants choisissaient le nouveau monde en Amérique comme terre promise. Ils devaient par ailleurs s’opposer aux instances religieuses pour lesquelles un Etat juif ne pourrait naître qu'après la venue du Messie.
Bundistes déportés en Sibérie

            Le Bund prendra position entre ces deux doctrines en optant pour une idéologie originale qui, bien que révolutionnaire, représentait la branche juive de l’Internationale. Il jouait la carte du pays, du pragmatisme et non du rêve. Il prônait «l’autonomie culturelle» qui permettrait aux Juifs de jouir de la totalité de leurs droits nationaux sur le plan linguistique, culturel et cultuel dans les pays où ils résidaient, sans discrimination et sans revendication d’un territoire spécifique. Le Bund, laïc, défendait la liberté religieuse bien que ses dirigeants, athées, fussent foncièrement opposés aux rabbins. Mais paradoxalement, il jugeait que le Yiddish devait rester la langue du prolétariat juif dans le cadre d’une assimilation totale.
            Marek Edelman, fidèle au dogme créateur d’un mouvement impliquant en priorité le renoncement à un territoire national, n’avait pas compris que la disparition du Bund et la renaissance de l’antisémitisme avaient sonné le glas de ses illusions et ouvert de manière éclatante la voie à l’aventure sioniste. Au fond de lui-même, il n’avait jamais cru à la possibilité de l’émergence d’un État juif et il a eu le tort de n’avoir pas fait son mea culpa pour ses erreurs de jugement. En préférant continuer son aventure polonaise, en territoire antisémite, plutôt que de mettre sa technique de combattant expérimenté au service de la création d’un embryon d’armée juive de défense en 1947, il s’était mis au ban de la société israélienne.
            Il avait accusé Ben Gourion de créer la rupture avec la Diaspora. Le chef historique  lui en avait toujours voulu, au point de l’effacer de la mémoire juive collective parce qu’il  trouvait qu’il dénigrait systématiquement l’État d’Israël dans des déclarations intempestives : «pour vous Israéliens, la Guerre de Six-Jours a été l’événement le plus important de l’histoire juive contemporaine. Vous pouvez vous appuyer sur un État, des chars et un puissant allié américain. Nous, nous n’étions que 200 jeunes avec six revolvers mais nous avions la supériorité morale».
Mémorial du Ghetto de Varsosie à Yad Mordechai


Pour avoir attendu en vain un mea culpa, Israël refuse toujours de le compter parmi ses héros et d’inscrire son nom dans l’Histoire juive. Le monument aux morts du Ghetto de Varsovie, construit en Israël, ne comporte que le nom de Mordechai Anielewicz, le sioniste, qui restera le seul emblème du soulèvement du Ghetto de Varsovie. La politique est implacable contre ceux qui se sont trompés.       

2 commentaires:

Rémi COUTENSO a dit…

Merci beaucoup pour cet article, je ne connaissais ni cet homme ni ses faits "glorieux" ni sa trajectoire.

andre a dit…

Bel article ! Le relire est toujours gratifiant.
André M
Tribune juive