ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

dimanche 4 décembre 2016

A l'insu de son plein gré par Jean SMIA



À L'INSU DE SON PLEIN GRÉ !

Le billet d'humeur de Jean SMIA




Un concours de circonstances l'avait propulsé Président de la République Française. Fonctionnaire discret, intelligent et prudent, sa lucidité lui permettait de savoir que son inélégance naturelle et son manque d'esprit de décision ne lui permettaient pas de prétendre à une fonction suprême pour laquelle panache et autorité sont primordiales.




Influencé par les sirènes du parti, il lui a suffi de placer judicieusement la fameuse tirade du «moi Président», dont il n'est probablement pas l'auteur, tirade qui ne faisait qu'énumérer les griefs que tous les Français avaient envers les gesticulations de Sarkozy : ce qui a suffi obtenir leurs suffrages. Mais, voter pour quelqu'un parce qu'il reproche quelque chose à quelqu'un, ne constitue ni un programme, ni un projet, ni une compétence. Il a bien essayé de continuer de vivre «comme avant» avec son scooter, mais l’œil était dans la tombe et regardait Caïn.
Il y a quelques mois, il nous a fait parvenir un message «Un président ne devrait pas dire cela», mais en fait, s’il a tenu à dire ce qu'un Président ne devrait pas dire, c'est que non seulement il n'avait déjà pas du tout l'intention de continuer à occuper la place, et surtout qu'il voulait scier tout argument aux quelques «sirènes» du parti qui manigançaient pour l'inciter à se représenter.

Il a accompli le CDD que son parti lui avait demandé de faire ; un CDD qui, hormis les avantages financiers accordés aux anciens présidents, ne lui a apporté que déboires et vexations. Quant aux électeurs, il serait assez utile que leur vote souligne qu'ils sont POUR l’accomplissement d'un projet plutôt que CONTRE quoi que ce soit. Rien de solide ne se construit contre quelque chose.

1 commentaire:

Marianne ARNAUD a dit…

Maintenant que Hollande s'est définitivement réglé son compte à lui-même, nous allons pouvoir retourner dare-dare, à notre "guerre des crèches" nationale, qui au fil des années du quinquennat Hollande, a pris toutes les caractéristiques d'une véritable institution. Pourvu que nous n'ayons pas déjà pris trop de retard !
Dommage que le sujet n'intéresse pas monsieur Benillouche !