ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

mercredi 3 mai 2017

Dupont-Aignan n'est pas un ami d'Israël


DUPONT-AIGNAN N’EST PAS UN AMI D’ISRAËL

Par Jacques BENILLOUCHE
copyright © Temps et Contretemps

           
            
          En Israël, on juge le choix de Nicolas Dupont-Aignan (NDA) catastrophique pour les relations bilatérales, c’est le moins qu’on puisse en dire. Paradoxalement, certains responsables d’extrême-droite ont toujours glorifié Israël pour son combat contre les islamistes parce qu’ils admirent la méthode forte utilisée vis-à-vis des Arabes. Mais NDA a privilégié les sentiments antisémites du FN avant ses intérêts politiques, moins par conviction que par opportunisme. Aujourd’hui il a rejoint Marine Le Pen parce qu’il est dans une situation politique et économique difficiles.



            Il doit toujours sa réélection comme député grâce au soutien des Républicains. Mais en se présentant à la primaire contre François Fillon et en le faisant perdre en maintenant sa candidature, il a hypothéqué son élection législative. Il a surestimé sa victoire. Les Républicains ne lui pardonneront pas et présenteront un candidat contre lui sans compter qu’ils vont suspendre toute aide financière comme ils le faisaient discrètement jusqu’alors. Malgré les 800.000 euros financés par l’État en aide électorale, il lui manque 700.000 euros pour boucler son budget et rembourser ses prêts. Il compte sur le FN pour l'aider à combler son déficit.
            Le Pen lui sauvera la mise tout en le mettant sur le devant de la scène alors que son parti, qui ne dispose que d’un seul député, ne mérite pas tant d’honneur. En trouvant sur une tribune aux côtés de Marine Le Pen et face aux media, il prend une importance qu'il ne mérite pas. Sa décision a entraîné la cassure de son parti. Son vice-président, le grand journaliste Dominique Jamet, vient de claquer la porte avec d’autres dirigeants. Des manifestations dans sa ville ont lieu face à sa mairie de Yerres pour dénoncer sa volte-face.
Manifestation mairie de Yerres

            Les textes sur son blog attestent de sa position critique à l’égard d’Israël. Lors de la guerre de Gaza de 2014, il a pris fait et cause de manière unilatérale pour les islamistes de Gaza sans marquer une quelconque hésitation : «Après les bombardements, les combats au sol et les inacceptables dégâts collatéraux que constitue la mort de centaines de civils innocents, hommes, femmes et enfants, le conflit israélo-palestinien est dans une nouvelle phase avec l’invasion de la bande de Gaza par l’armée israélienne dans le silence complice de l’O.N.U., de l’Occident et de la France.  La disproportion des forces en présence est flagrante. Dans ce contexte sanglant, l’inertie de la France est parfaitement scandaleuse. Nous attendons de notre gouvernement qu’il prenne enfin l’initiative d’une action internationale pour imposer à Israël le respect des résolutions de l’ONU, c’est-à-dire le retrait et le démantèlement des colonies illégalement installées dans les territoires occupés et la reconnaissance de l’État palestinien».
       D’une part NDA rejoint Le Pen qui voue aux gémonies les Arabes parce qu’ils constituent la masse des immigrés et d’autre part il se range derrière les Palestiniens pour singer le FN dans une position paradoxale. Il avait écrit le 1er décembre 2014 que : «Je voterai pour la création d'un État palestinien car c'est le seul moyen d'aller vers la résolution de ce conflit qui empoisonne le Proche-Orient et le monde depuis des décennies. Reconnaître l'État palestinien comme l'ont déjà fait 135 pays, revient ni plus ni moins à faire vivre un principe fondamental qui régit le reste du monde contemporain : le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes».
            En Israël on n’aime pas Nicolas Dupont-Aignan en raison de ces nombreuses positions anti israéliennes. En le voyant dans l’habit d’un premier ministre, on frissonne déjà. Parce qu’il représentait peu de chose à l’époque, les responsables juifs l’ont peu critiqué quand il attaquait violemment Israël. La position positive du président François Hollande les réconfortait. Aujoud'hui, il s'est mis en position d'ennemi d'Israël et il faudra le combattre.
            Mais pour rassurer les Français, il faut préciser que les derniers sondages avaient déjà tenu compte du transfert de ses voix vers Le Pen. La décision de la France debout n’impactera pas beaucoup ces sondages à 1 ou 2% près. Au contraire la scission engagée par son vice-président Dominique Jamet et d’autres dirigeants pourraient pousser certains électeurs, par réaction, à choisir le bulletin Macron et peut-être à le faire battre aux élections législatives car il aura face à lui un candidat Républicain et un représentant de Macron.

            Jouant son va-tout, Marine le Pen a accepté de moduler son programme pour satisfaire certaines exigences de NDA, en particulier sur l’Europe. Elle accepte de surseoir à sa sortie et à renoncer à l’euro. Or ses électeurs doivent se rendre compte que tout son programme sera chamboulé. Elle attirait les masses populaires mais tout bascule à présent car en restant dans l’Europe elle ne pourra plus imposer la préférence nationale interdite par l’Europe ni abandonner l’espace Schengen exigé par l’Europe, deux promesses phares de son programme.  
            Mais nous avons à faire à des électeurs de droite volatils qui peuvent influer sur le résultat final. Rien n’est fait et le danger persiste de voir l’horreur surprendre les Français. La démocratie veut qu’ils décident et qu’ils supportent donc pendant cinq ans les conséquences de leur vote. Si cela leur fait plaisir de choisir l'aventure, pourquoi pas !  Ils peuvent jouer à se faire peur mais ils entreront alors dans une situation irréversible.   



Aucun commentaire: