ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

dimanche 14 mai 2017

Florence Drory, candidate d'Emmanuel Macron



Florence DRORY

Candidate franco-israélienne d’Emmanuel Macron

Par Jacques BENILLOUCHE


Copyright © Temps et Contretemps

            

          Florence Drory a été choisie par Emmanuel Macron pour être sa candidate à l’élection du député de la huitième circonscription des Français établis hors de France incluant les pays suivants : Chypre (1.339 Français inscrits), Grèce (11.226), Israël (74.030), Italie (48.352), Malte (497), Saint-Marin, Saint-Siège et Turquie (6.630). Mais compte tenu des résultats à la présidentielle, Israël et l'Italie pèsent, sur le plan électoral, le même poids ce qui fait dire que l'élection se jouera en Italie.



Avec François Mitterrand

            Après des études de droit et de théâtre au Mans, elle a été appelée en 1975 par François Mitterrand, premier secrétaire du Parti Socialiste, pour s’occuper de la presse étrangère et des relations internationales dans son cabinet. En 1980, à quelques mois de la victoire de 1981, Florence Drory part en Israël pour rejoindre son futur mari, Mordechai Drory, diplomate israélien, rencontré à Paris. 
Mordechai Drory

          Mordechaï Drory a été notamment Directeur général adjoint à l'administration, Directeur général adjoint pour les Affaires économiques, Consul général à Marseille, Ambassadeur au Bénin, Ministre plénipotentiaire à Paris, Ambassadeur en Italie, et enfin Ambassadeur auprès de l'union européenne à Bruxelles.
          
Florence en rouge avec à sa droite sa fille Ella très engagée dans le mouvement En Marche

            En 1982, elle produit un documentaire pour la télévision israélienne, sur François Mitterrand. En 1986, elle suit son mari nommé ambassadeur d’Israël à Rome - où naissent leurs deux enfants, Ronel et Ella - puis à Bruxelles, ambassadeur auprès de l’Union Européenne en 1992. En 1996 à Bruxelles, Florence Drory crée un cabinet de conseil en affaires européennes pour les collectivités locales ; elle représente notamment les villes de Tours, Dijon, Sarcelles, Saint-Brieuc, La Rochelle auprès des institutions européennes.
            De retour en France en 2001, elle étend l’activité de son cabinet à la communication et à l’événementiel culturel et politique. Florence Drory produit en 2005, Visions de Paix, spectacle de danse de la chorégraphe américaine Jeanne Travers, au Théâtre Déjazet. Proche de Jack Lang, elle travaille à ses côtés pour les élections européennes de 1999 et de 2004, puis durant la campagne du referendum pour le traité européen en 2005.

            En 2006 et 2007, dans le staff de Ségolène Royale, elle est chargée des relations de presse de Jack Lang et du comité de soutien de la candidate socialiste pendant la campagne présidentielle. En janvier 2008, elle crée un site Internet entièrement dédié à la couleur rouge. En octobre 2010 enfin, elle a co-écrit le livre-objets «François Mitterrand» qui constitue une biographie de l’ancien Président français.
Dîner à la plage de Lalaland à Tel-Aviv

            Florence Drory n'est pas une néophyte en politique puisqu'elle s’est impliquée dans la politique française en prenant la tête de la section «Itzhak Rabin» du Parti socialiste en Israël. Mais au lendemain des primaires de la gauche, elle a décidé de quitter la campagne de Benoît Hamon en raison de ses prises de position et de celles de son entourage : «Le divorce avec Benoît Hamon s’est décidé suite à ses prises de positions sur Israël, la laïcité ou encore ses propos concernant le port du voile. Mais aussi car dans son entourage proche on trouve des députés ouvertement pro-BDS».
            Elle s’est prononcée sur la rencontre entre Benoît Hamon et Mahmoud Abbas : «Que Benoît Hamon rencontre Abbas, c’est tout à fait normal, c’est très bien même. Mais déclarer que, s’il est élu, il sera pour la reconnaissance de l’État de Palestine soit une condition préalable de tout accord, alors que cette reconnaissance est justement l’enjeu de ces négociations, c’est trop ! Nous ne nous sommes pas détachés de la campagne de la gauche uniquement sur des enjeux israéliens. La section prend également ses distances par rapport aux réformes constitutionnelles de Benoît Hamon, et sur les questions économiques, notamment sur le revenu universel, tellement boiteux que Hamon lui-même ne le formule plus de la même manière».

            Florence Drory se caractérise par sa discrétion et son engagement politique de longue date. Tout est dans la finesse chez elle. Elle vit à Jérusalem ce qui lui donne la légitimité d’une candidate pro-israélienne. Dans le cadre des fonctions de son époux, elle a fréquenté les milieux diplomatiques israéliens et internationaux ce qui la qualifie pour transmettre la bonne parole pour la défense d’Israël.  C’est à la fois une nouvelle venue dans la politique active franco-israélienne mais aussi une experte dans les relations politiques avec les milieux français et israéliens. Elle pourrait prendre des initiatives pour renouer des relations apaisées avec le Quai d'Orsay. 
          Son passé lié à la culture française lui confère l'originalité, pour une députée en Israël, de doubler sa fonction politique par une orientation culturelle à laquelle sont très sensibles les Francophones d’Israël. La politique politicienne n'est pas tout. La défense de la langue française en Israël, la francophonie sont des thèmes souvent débattus mais jamais pris à bras le corps. Ce sera une nouvelle opportunité pour la communauté francophone de voir réalisées certaines de ses aspirations culturelles.

            Florence Drory est titulaire d’une licence en droit de l'Université de Lille Villeneuve d'Ascq et parle couramment le français, l’anglais, l’italien et l’hébreu. Son long séjour en Italie, dont elle parle la langue puisque son époux était en mission diplomatique pour Israël, lui a permis d'engranger des relations qui lui seront très propices dans sa fonction de représentante des Français d’Italie. 

          Elle répond exactement aux critères imposés par Emmanuel Macron qui veut «s'ouvrir à de nouvelles personnalités et éventuellement à des alliés». Dans les travées de l'Assemblée nationale, elle pourra donner une image plus apaisée et plus respectable de la communauté française en Israël, loin des invectives et des démonstrations déplacées. Contrairement au précédent député qui a toujours émargé dans l'opposition, elle est proche du président et donc du gouvernement. Elle sera certainement mieux écoutée et mieux entendue pour obtenir que ses propositions soient prises en compte. Les Francophones israéliens ont été patients et, à présent, ils espèrent un changement. Pour Florence Drory, le changement est déjà "En Marche". 

6 commentaires:

Marianne ARNAUD a dit…

Cher monsieur Benillouche,

À lire les brillants états de service de Florence Drory, la seule question qui vient à l'esprit - à laquelle il vaut peut-être mieux ignorer la réponse - que diable faisait-elle chez "Monsieur 6%" ?
Mais ne chipotons pas et dans son intérêt et surtout dans celui des Français de l'Étranger, souhaitons-lui sincèrement, bonne chance !

Très cordialement.

Michel BOUTBOUL a dit…

Pourquoi cette femme a priori si brillante s'est cachée tout ce temps-là ? Nous avons perdu du temps en Israël pour une fois où nous avions quelqu'un de ce calibre. C'est bon pour le réveil des francophones qui n'ont que des feuilles de choux de caniveau à nous proposer.

Véronique Allouche a dit…

@marianne Arnaud
Chère Marianne, en fait je me pose la même question que vous et pour y répondre j'ai choisi ces deux couplets de la chanson de Jacques Dutronc, "l'opportuniste", en souhaitant que cette opportunité soit bénéfique à la candidate.
"Je suis pour le communisme
Je suis pour le socialisme
Et pour le capitalisme
Parce que je suis opportuniste

Il y en a qui contestent
Qui revendiquent et qui protestent
Moi je ne fais qu'un seul geste
Je retourne ma veste, je retourne ma veste
Toujours du bon côté"
Bien cordialement

andre a dit…

A la précédente élection, L' Italie et Israël avaient le même nombre d'inscrits qu'en 2017. L'élection de Meyer Habib a été l'œuvre des franco- israéliens . Que Florence Drory sache parler l'italien ne lui donne pas une légitimité décisive .
Andre M Tribune juive

Monique ZARONI a dit…

heureusement que vous nous avez présenté Florence DRORY - peu de gens la connaissent.

Jacques BENILLOUCHE a dit…

Monsieur Mamou, vous faites toujours preuve d’un sens politique étriqué, limité à des convictions de droite et à votre soutien à des perdants: Sarkozy, Fillon et demain peut-être Habib. Pour un responsable de site, vos commentaires sont légers, non appuyés par des faits et des chiffres probants et les résultats des élections vous ont toujours remis en place.

L'approximation est un défaut dans votre analyse. Comment en effet confondre le nombre d'inscrits et le nombre de votants ? Israël avait 74.221 inscrits et l'Italie 31.870. Il est vrai que les votants ont été 11.488 pour Israël et 11.295 pour Israël.

Confondre ces deux éléments démontre que vous êtes aveuglé par des convictions figées.