ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

mardi 6 juin 2017

L'Europe doit se réveiller : l'islam radical y est installé



L’EUROPE DOIT SE RÉVEILLER : L’SLAM RADICAL Y EST INSTALLÉ
Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright © Temps et Contretemps
         

          Les musulmans radicaux ont établi une liste de leurs trois principaux ennemis : les Juifs d’abord, les Musulmans considérés comme apostats et les pays chrétiens d’Europe. Mais comme toujours, les Européens sont lents à assimiler les menaces. Ils viennent d’en faire la triste expérience en Angleterre où le communautarisme est roi et où la permissivité est une marque de fabrique chez les Britanniques. Deux semaines après l'attentat meurtrier de Manchester, la capitale britannique a été le théâtre de deux attaques, le 3 juin 2017, qui ont fait au moins sept morts et 46 blessés.





            Les Juifs israéliens ont longtemps été et sont toujours visés par les islamistes qui ont heureusement peu de succès dans cette guerre sainte qu’ils mènent depuis des décennies. L’Iran et ses alliés ainsi que Daesh ont mené le combat contre les apostats en Syrie et en Irak avec une grande réussite jusqu’à transformer les «printemps arabes» en hiver islamique. Pendant ce temps les islamistes radicaux, très actifs en Europe, réussissent à perturber les démocraties laïques faisant de l’islam radical le premier danger. Ils veulent y imposer les valeurs anachroniques de la charia et neutraliser la démocratie. Le combat est faussé car toute attaque contre ces envahisseurs sanguinaires est à présent qualifié d’islamophobie. Or l’Occident n’a jamais lancé de guerre contre l’islam et s’est borné à une défense de la démocratie occidentale contre une théocratie islamique issue du djihadisme.
            Les esprits occidentaux commencent à être choqués par la passivité des musulmans européens en raison de l’hétérogénéité de l’islam qui entraîne de multiples interprétations. Les Musulmans de France viennent en majorité d’Afrique du nord tandis que ceux de Grande-Bretagne sont issus d’Asie. Il s’agit de mentalités différentes qui doivent être traitées de manière disctincte. L’afflux des musulmans des deux continents est de même volume ; les chiffres officiels évaluent à 66.000 immigrants leur solde net tous les ans, pour chacun des deux pays. Cela donne ainsi, à la longue, des chiffres inquiétants qui laissent perplexes ; la population musulmane d’Europe passera de 18 à 30 millions en 2030, soit plus de 10% de la population totale dans près de 10 pays. 
            Les Européens investissent peu de moyens pour se protéger sauf à user de méthodes que certains qualifient de non démocratiques. Ils ont certes pris des mesures draconiennes, soit en interdisant purement et simplement l’entrée des immigrés, soit en les forçant à s’assimiler. Ils y ont ajouté des lois d’exception sur l’abattage rituel, sur la circoncision, sur le foulard et sur la construction des mosquées. Certains pays n’hésitent plus à légiférer de manière draconienne alors qu’Israël aurait été depuis longtemps condamné si les mêmes restrictions avaient été votées.
            L’Europe assiste impassible à son envahissement en règle non pas par des musulmans intégrés mais par des islamistes qui en France ont préparé le terrain depuis 1962. La France compte 7,5% de musulmans, l’Allemagne 5%, la Grande-Bretagne 4,6% et le Danemark 4%.  Ces chiffres démontrent que leur influence politique est de plus en plus croissante. Mais ces musulmans ont été noyautés par des islamistes radicaux dont le rôle est de constituer des cellules dormantes, de recruter des djihadistes pour Daesh et pour les Palestiniens, et d’installer des bases opérationnelles. Cela explique d’ailleurs la croissance de l’antisémitisme en Europe qui pourrait pousser les Juifs à l’expatriation car les extrémistes musulmans sont de plus en plus actifs. La France a connu de sérieuses attaques contre des Juifs, conduites par de jeunes Arabes qui ont réussi à traumatiser la communauté juive.
Prédicateurs islamistes dans la rue à Londres

            Contrairement à la France qui a légiféré pour cela, la littérature antisémite est largement diffusée en Grande-Bretagne, dans des mosquées certes mais aussi dans les librairies et bibliothèques. On y lit que des musulmans britanniques estiment que les Juifs britanniques sont des «cibles légitimes dans le cadre de la lutte pour la justice au Moyen-Orient».
            La Norvège a toujours été un pays hostile à Israël et a connu de grandes émeutes antisémites durant la guerre de Gaza de 2009. Mais cela ne la protège pas pour autant. La Suède accepte aussi les activités antijuives.  En août 2014, une femme suédoise a été l’objet d’une attaque dans un quartier musulman, banlieue d'Uppsala, parce qu’elle portait une étoile de David a été attaquée en traversant un quartier musulman, la banlieue d'Uppsala. Alors que 700 Juifs, descendants des réfugiés de Pologne et d’Allemagne de la dernière guerre, vivent à Malmö, cette grande ville est peuplée de 20% de musulmans soit 60.000. En raison de leur faible nombre, ces Juifs sont l’objet d’attaques haineuses. C’est le cas pour tous les Juifs isolés devenus des cibles pour les Musulmans. Avec les conseils d’experts israéliens, ils ont transformé en blockhaus les centres culturels et les synagogues.
Musulmans de Malmo

            En France, l’armée veille heureusement mais ce n’est pas le cas partout ailleurs en Europe. Certains dirigeants européens s’aplatissent devant la menace. L'ancien ministre néerlandais de la Défense, le professeur Frits Bolkestein, a estimé que «les Juifs doivent se rendre compte qu'il n'y a pas d'avenir aux Pays-Bas et il conseille mieux à leurs enfants de partir pour les États-Unis ou Israël». C’est le signe d’une véritable démission face aux menaces islamistes. L’Europe subit en fait un antisémitisme musulman déguisé, qui a des racines multiples.
            Le Coran, les media, les sermons d’imams intégristes et Internet endoctrinent les musulmans qui enseignent que «l'islam est la religion supérieure et doit toujours l'être». En Grande-Bretagne des cinéastes ont filmé des immams «enseignant aux fidèles que Dieu leur ordonne de tuer les homosexuels et les apostats ; qu'ils devraient réduire la liberté des femmes; et qu'ils devraient voir les non-musulmans de manière dérogatoire et limiter leur contact avec eux». De là à les pousser au crime, il n’y a qu’un pas qui a été franchi le 3 juin. 
          C’est toujours en Grande-Bretagne que des manuels scolaires de plus de quarante écoles enseignent «que les Juifs sont descendus de singes et de cochons, qu’il faut rejeter les valeurs occidentales et qu’il faut maintenir la haine des Juifs». Cet endoctrinement dans les écoles anglaises est développé en toute connaissance de cause et favorise la propagation de l’extrémisme dans les campus universitaires.  Et pourtant malgré cette permissivité, la violence islamiste se propage avec pour objectifs les Juifs et les Israéliens. En 2012, une bombe à bord d'un bus transportant des touristes israéliens à Burgas, en Bulgarie, a tué le pilote bulgare et cinq Juifs et a blessé 32. L’enquête a démontré que le Hezbollah libanais était derrière cette attaque.
            Il semble que l’Europe soit tétanisée par la menace et l’intimidation et qu’elle ne se résout pas à réagir fermement. L’ayatollah Khomeiny avait condamné à mort Salman Rushdie pour son livre «Les versets sataniques» jugés blasphématoires. Tout le monde s’est plié à cette fatwa. Le réalisateur néerlandais Theo van Gogh a été tué après avoir fait un film documentant la violence contre les femmes dans certaines sociétés islamiques.  L'écrivain du film, Ayaan Hirsi Ali, passe son temps à se cacher. L'artiste et l'éditeur danois de dessins animés représentant le Prophète font face à des menaces de mort.
Djihadistes européens

            Mais aujourd’hui la situation en Europe est devenue encore plus dangereuse car les Musulmans qui sont allés rejoindre les djihadistes en Syrie retournent en Europe après avoir été radicalisés et formés à des tactiques terroristes. Les dirigeants européens persistent à refuser de se prononcer contre le radicalisme islamique pour ne pas être accusés d’islamophobie.  Il faut dire que les agences de renseignement européennes sont désarmées et que leurs analyses sont insuffisantes pour appréhender le mal islamique . Une collaboration avec Israël serait mal interprétée par les pays musulmans qui leur fournissent le pétrole. L’ancien premier ministre anglais avait été informé des activités extrémistes des Frères musulmans. Il s’est borné à ordonner une enquête dont on attend encore les conclusions. Les Britanniques avaient pourtant été alertés puisque 1.500 musulmans britanniques se battent avec Daesh, le plus fort contingent étranger. La déclaration de David Cameron était pourtant prémonitoire : «La création d'un califat extrémiste au cœur de l'Irak et s'étendant en Syrie n'est pas un problème à des kilomètres de la maison. Parce que si nous n'agissons pas pour endiguer l'assaut de ce mouvement terroriste exceptionnellement dangereux, cela ne fera que s'accroître jusqu'à ce qu'il puisse nous cibler dans les rues de la Grande-Bretagne. Nous savons déjà qu'il a l'intention meurtrière. En effet, les premiers actes terroristes inspirés par Daesh sur le continent européen ont déjà eu lieu. Les Européens n'ont d'autre choix que de convoquer la volonté politique de défendre nos valeurs et notre mode de vie avec la même détermination, courage, et ténacité, car nous avons déjà fait face à un danger avant notre histoire».

            Les Européens se sont endormis sur leurs certitudes et n’ont toujours pas relevé le défi islamiste comme l’ont fait, avec succès, les Israéliens qui ont sécurisé leur pays. 

3 commentaires:

Véronique Allouche a dit…

Oui tout est juste dans cet article.
Le " vivre ensemble " se transforme au fil des attentats en " survivre avec".
Le cauchemar continue.
Comme il faut bien garder un peu d'espoir face à ces catastrophes, cette citation :
"Nos ennemis peuvent couper toutes les fleurs, mais ils ne seront jamais maîtres du printemps". Pablo Neruda
Bien cordialement

Jonathan Living a dit…

"Ça c'est bin' sûr" disait la mère Denis...
Rien à rajouter si ce n'est que si seul Israel sait se protéger, faut urgent prévoir l'alyah pour ne pas se trouver face à "l'hallali".

Anonyme a dit…

Article de qualité qui dénote avec ceux plutôt favorables au narratif médiatiquement/politiquement correct pro-palestinien qu’écrit généralement J.B sur les médias généralistes français auxquels il contribue parfois. Il est vrai que sur son site il n'est pas astreint aux mêmes exigences éditoriales. D'ailleurs je doute fortement que ce même article puisse être publié in extenso sur ces médias. Quoiqu'il en soit, c'est bien vu.