ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

mardi 31 octobre 2017

Erdogan rêve à un empire néo-ottoman


ERDOGAN RÊVE À UN EMPIRE NÉO-OTTOMAN

Par Jacques BENILLOUCHE

Copyright © Temps et Contretemps

            
Erdogan et le président somalien

          Tayyip Erdogan n’a pas renoncé à prendre le leadership musulman au Moyen-Orient, tombé en désuétude depuis la chute de Hosni Moubarak. Alors il cherche à utiliser un chemin détourné en élargissant d’abord son influence en Afrique pour transformer la Turquie en une sorte de nouvel empire néo-ottoman. Il avait fait le choix, contraire à celui de l’Arabie et des Pays du Golfe, de réaffirmer son soutien au Qatar malgré l’ultimatum décrété par l’Arabie Saoudite et ses alliés. Estimant que l’embargo était illégal et «contraire au droit international», il avait invité en visite officielle le ministre qatarien de la Défense pour défier les puissances régionales.

Le sexe des anges par Jean SMIA



LE SEXE DES ANGES

Le billet d'humeur de Jean SMIA

            

       S’il est un sujet peu exploré par les enquêtes comportementales, c’est la sexualité des étudiants, hormis le traditionnel «sortez couverts» et des statistiques sur le respect de cette précaution : on n’en parle pas. Sugar Daddy vient de mettre sous les projecteurs de la bien-pensante société une pratique bien ancienne que les hypocrites feignent de subitement découvrir. Prostitution : le grand mot est lâché.

Israël et les Etats-Unis divergent sur la Syrie



ISRAËL ET LES ETATS-UNIS DIVERGENT SUR LA SYRIE

Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright © Temps et Contretemps

       
Assad et ses généraux
          Israël et les Etats-Unis ne font pas la même analyse sur la Syrie et divergent sur l’avenir qu’ils souhaitent à Bachar Al Assad. Les Américains poussent Assad vers la sortie en ressortant les accusations d’attaques au gaz sarin pour justifier leur position. La déclaration du secrétaire d’État, Rex Tillerson, est limpide : «Nous ne pensons pas qu'il y ait un futur pour le régime Assad et la famille Assad. Je pense l'avoir dit à plusieurs occasions. Le règne de la famille Assad arrive à sa fin, la seule question qui reste est de savoir comment cela sera provoqué». Ces propos ont fait grincer des dents les alliés de Bachar el-Assad et en particulier l'ambassadeur russe aux Nations unies, Vassily Nebenzia, qui lui a répondu : «Nous ne devrions pas anticiper l'avenir, le futur seul sait ce qui attend chacun».


Attentat contre le Hamas : on ne prête qu'aux riches



ATTENTAT CONTRE LE HAMAS : ON NE PRÊTE QU’AUX RICHES

Par Jacques BENILLOUCHE

Copyright © Temps et Contretemps
            
Général Tawfiq Abu Naim

          Il est vrai que l’attentat contre le chef de la sécurité du Hamas à Gaza est intervenu au lendemain de l’identification du chef du Hezbollah au Golan, le plaçant sur la liste des cibles potentielles du Mossad. Mais il est prématuré, comme le fait un haut responsable du Hamas, d’accuser Israël d’être à l’origine de la tentative d’assassinat du général Tawfiq Abu Naim. Cette accusation porte d'ailleurs préjudice aux services de sécurité intérieure du Hamas car elle prouverait les lacunes évidentes dans la protection du chef de la sécurité et le degré d'infiltration du Mossad à Gaza. L’accès facile à une personnalité de cette importance prouverait, si Israël était l'auteur, qu’il existerait une collaboration étroite entre le Mossad et des collaborateurs au sein du Hamas.

dimanche 29 octobre 2017

Le Djihad à travers le regard d'un historien par Jean CORCOS



LE DJIHAD À TRAVERS LE REGARD D’UN HISTORIEN

Par Jean CORCOS

            

          Nous avons évoqué dans ma dernière émission l’actualité, à la fois brûlante et récurrente, des assassinats commis en France, en Europe et ailleurs par le terrorisme islamiste international. Il nous est rarement donné l’occasion de voir cette actualité avec le recul de ce que les historiens appellent «le temps long». C’est pourquoi j’ai pensé qu’il était utile d’avoir ce regard original sur les horreurs que nous avons vécues et que nous continuons de vivre, en recevant Pierre Vermeren, venu très souvent sur notre antenne.

samedi 28 octobre 2017

Israël a identifié le chef du Hezbollah au Golan



ISRAËL A IDENTIFIÉ LE CHEF DU HEZBOLLAH AU GOLAN

Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright © Temps et Contretemps

            

          Il n’est pas dans les habitudes d’Israël de dévoiler ses informations et en patrticulier les portraits des chefs du Hezbollah; mais il existe des exceptions comme celle concernant Haj Hashem. On ignore le but recherché par le porte-parole arabophone de Tsahal, Avichai Adraee, en diffusant l’information mais l’objectif est triple. Il s’agit de prouver au Hezbollah qu’Israël est toujours informé des gesticulations internes au sein du mouvement et qu’aucun secret ne peut être gardé. 

vendredi 27 octobre 2017

Le président des riches par Gérard AKOUN



LE PRÉSIDENT DES RICHES

Par Gérard AKOUN
Judaïques FM
            
Macron à Berlin

          Emmanuel Macron vient de remporter son premier succès, au niveau européen, en faisant voter par les ministres du travail de l’Union Européenne un compromis sur la réforme de la directive de 1996 sur le travail détaché. Le président de la république n’avait pas ménagé ses efforts pour convaincre la majorité des pays européens qu’il fallait mettre fin au dumping social dont étaient victimes les travailleurs des pays dans lesquels la protection sociale était plus étendue et meilleures étaient les conditions de travail. C’était une de ses promesses de campagne : prouver, contre les détracteurs de l’Europe que celle-ci pouvait être protectrice. Cette promesse a été tenue.

Israël : querelle au sommet



ISRAËL : QUERELLE AU SOMMET
Par Jacques BENILLOUCHE

Copyright © Temps et Contretemps
            
Le président Rivlin et le président de la Knesset

          Il n’y a aucun doute que Réouven Rivlin s’est bonifié avec le temps dans ses fonctions de président de l’État d’Israël. Un signe qui ne trompe pas, les députés de gauche et de nombreux citoyens trouvent qu’il remplit avec efficacité sa tâche d’arbitre du pays. Ce pur et dur du parti Likoud, qui faisait partie des «faucons», porte parfaitement ses habits de président intègre, impartial et profondément sioniste. En fait, il a étonné parce qu’il s’est substitué à une opposition inexistante et atone en donnant de la voix par un discours imprévisible, voire politiquement violent. C’est inhabituel à l’occasion de l'ouverture de la session d'hiver de la Knesset.


jeudi 26 octobre 2017

Paranoïa par Claude MEILLET


PARANOÏA

L'opinion de Claude MEILLET

            

          Ça avait commencé par une affirmation musclée : «C’est de l’inconscience pure». A laquelle avait répondu un «C’est de la pure paranoïa» non moins définitif. On est mal parti, ne put que constater Jonathan. S’interrogeant sur la pertinence de l’initiative qu’il avait prise de cette rencontre. D’un côté une amie, israélienne depuis trente ans, belge d’origine, avocate retraitée, politiquement de droite. De l’autre un copain, suisse lui, prof de médecine, juif, visiteur épisodique d’Israël, politiquement de gauche. En leur annonçant hardiment à tous deux, «Tu vas pouvoir débattre avec quelqu’un d’intéressant, parce qu’il n’est pas de ton bord».

Erdogan-Trump : rupture consommée



ERDOGAN-TRUMP : RUPTURE CONSOMMÉE

Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright © Temps et Contretemps

        
Le 21 septembre 2017
          Les Etats-Unis et la Turquie sont pratiquement arrivés au point de non-retour en raison de l’entêtement de leurs dirigeants. Le pays d'Erdogan, qui représentait un pion important dans la stratégie américaine au Moyen-Orient au point de surclasser Israël dans le cœur des présidents américains, est tombé en disgrâce. Les conflits et les mesures discriminatoires enveniment les relations sans qu’aucun des présidents ne fasse de geste tangible pour détendre l’atmosphère.

Le Hamas et le Djihad islamique s'affrontent à Gaza



LE HAMAS ET LE DJIHAD ISLAMIQUE S’AFFRONTENT À GAZA

Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright © Temps et Contretemps
        
Délégation de haut rang du Hamas à Téhéran

         Il est difficile de comprendre les gesticulations du Hamas après l’accord de réconciliation signé avec le Fatah. À peine l’encre du paraphe séchée, une délégation du Hamas, présidée par son chef du bureau politique Saleh Arouri, s’est rendue à Téhéran, pour une visite de plusieurs jours. Sans chercher à obtenir l’imprimatur de l’Iran, le Hamas voulait se justifier tout en marchandant une aide concrète financière et matérielle pour éventuellement renoncer à cet accord qui leur enlève le pouvoir à Gaza. En fait, il voudrait renouer des liens distendus après ses zigzags politiques.


mardi 24 octobre 2017

Israël et la Chine : l'innovation en commun

  

ISRAËL ET LA CHINE : L’INNOVATION EN COMMUN

Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright © Temps et Contretemps

            
          Cet article a fait l'objet d'une intervention sur I24news à l'émission  Innov Nation du 22 octobre 2017 présentée par Joanna Castel.
Ouverture des relations diplomatiques en 1992
          La Chine représente un potentiel de croissance important pour l’économie israélienne. Mais cela ne peut se faire qu’en préservant la relation historique et stratégique d’Israël avec les Etats-Unis. Le 24 janvier 1992, à Beijing, les ministres des Affaires étrangères respectifs, David Levy et Qian Qichen, avaient signé l'accord établissant les relations diplomatiques entre les deux pays. Pendant longtemps les relations ont été timorées pour ne pas indisposer l'allié américain. Vingt-cinq années plus tard, du 20 au 21 mars 2017, Benjamin Netanyahou a visité la Chine, la deuxième fois sous la présidence de Xi Jinping, après celle de 2013.

vendredi 20 octobre 2017

Audrey Azoulay à l'Unesco entérine le clivage au sein des pays arabes



AUDREY AZOULAY À L’UNESCO ENTÉRINE LE CLIVAGE AU SEIN DES PAYS ARABES
Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright © Temps et Contretemps
      

          Les pays arabes avaient un rendez-vous avec l’Histoire car ils pouvaient obtenir la direction générale de l’Unesco mais ils l’ont raté. Les différents votes anti-israéliens étaient pourtant le signe que le monde arabe pouvait prétendre, grâce à des voix automatiques, à un poste important dans l’une des grandes institutions internationales. Après le double mandat de la bulgare Irina Bokova, il était presque évident qu’aucun européen ne pouvait prétendre à ce poste.


Donald Trump et l'Iran par Gérard AKOUN



DONALD TRUMP ET L’IRAN

Par Gérard AKOUN
            
          
          Donald Trump, comme on pouvait s’en douter, n’a pas certifié, comme il l’avait fait en avril et en juillet l’accord, signé en juillet 2015 sur le nucléaire iranien par son prédécesseur. Aucune inspection pratiquée par l’AEIA, l’Agence Internationale de l’énergie atomique, n’a noté d’accroc à l’application de cet accord par les Iraniens. Mais le président américain considère qu’il s’agit du «pire accord» signé par les Etats-Unis et il s’était d’ailleurs engagé durant sa campagne électorale à le «déchirer».

Oxymore par Claude MEILLET



OXYMORE

L'opinion de Claude MEILLET

                
Lunettes de réalité virtuelle

          Les mots et la chose l’avaient toujours interpellé. «Réalité virtuelle». Et le verdict était tombé. Son amie israélienne lui avait déclaré, péremptoire comme d’habitude, c’est un oxymore. Ce qui semblait occire pour toujours, la virtualité de la réalité. Soucieux de vérité, il avait cependant précautionneusement osé : «ça n’est peut-être pas contradictoire, seulement paradoxal». Là encore, la réponse fusa, sans appel. «Ah, la culture française ! Vous préférez le paradoxe, la contradiction est trop violente ! Le réel, ça existe, le virtuel, ça n’existe pas».

          Murmurant en lui-même, comme Galilée avec son «et pourtant elle tourne», «et pourtant la réalité virtuelle, ça existe», Jonathan, piqué au vif, s’obligea à recenser quelques contradictions incontournables. Des oxymores de faits et non de mots, en quelque sorte.

Netanyahou, qui ne dit mot...



NETANYAHOU, QUI NE DIT MOT…

Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright © Temps et Contretemps

            
          Tous les observateurs politiques avertis ont noté le silence troublant du premier ministre israélien après la signature de l’accord entre Fatah et Hamas. Certains en viennent à se demander si Donald Trump ne l’a pas empêché de manifester librement son sentiment face à cette réunification palestinienne, afin de pouvoir imposer sa propre stratégie au Moyen-Orient. 

mardi 17 octobre 2017

Les matières premières, boussole de la croissance



LES MATIERES PREMIERES, BOUSSOLE DE LA CROISSANCE

Le point économique de Dov ZERAH


           

          Le cours des matières premières est de nature cyclique, avec un déséquilibre quasi-permanent entre l’offre et la demande, avec pour conséquence une volatilité des prix. Lorsque l’offre n’est pas en mesure de satisfaire la demande, soit parce que celle-ci s’emballe, soit parce que l’offre est contrariée pour des raisons naturelles ou par faute d’investissement, l’ajustement se fait par une hausse des prix. Cela incite les producteurs à augmenter leur offre, mais les délais de réaction sont différents selon qu’il s’agisse de matières premières agricoles relevant d’un cycle annuel, ou de minerais nécessitant de lourds investissements.


Après Alstom, Airbus ? par Marianne ARNAUD




APRÈS ALSTOM, AIRBUS ?

Par Marianne ARNAUD

            

          Tous ceux qui auront pu regarder sur la Chaîne parlementaire, le documentaire de David Gendreau et Alexandre Leraître, intitulé : «Guerre fantôme, la vente d'Alstom à General Electric», auront été frappés de stupeur. En 2014, Patrick Kron le PDG d'Alstom assurait : «La logique industrielle de cette alliance avec GE apparaît clairement à tous», alors qu'aujourd'hui elle apparaît pour ce qu'elle fut : «une opération manipulée» selon un haut responsable de l'intelligence économique à Matignon.


Les Libyens ont raté le coche avec leurs Juifs



LES LIBYENS ONT RATÉ LE COCHE AVEC LEURS JUIFS

Par Jacques BENILLOUCHE

Copyright © Temps et Contretemps

            
          
          Trois pays arabes au moins ont raté le coche avec leurs Juifs : la Tunisie, l’Égypte et la Libye. Le suivisme arabe n’a pas permis à ces pays arabes de reconnaître la création de l’État d’Israël en 1948. Cette décision aurait rassuré les nombreux Juifs très intégrés depuis des siècles dans ces pays sans aucune intention de les quitter, malgré la propagande sioniste intense de l’époque. Ils ne voyaient aucune raison majeure de quitter leur pays natal. Aujourd’hui la question légitime se pose de comprendre comment la communauté juive de Libye, installée avant les Arabes et bien avant l’ère chrétienne, a pu ainsi disparaître du paysage local.