ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

dimanche 26 février 2017

Le Hamas dans les bras de l'égyptien Al-Sissi



LE HAMAS DANS LES BRAS DE L’ÉGYPTIEN AL-SISSI

Par Jacques BENILLOUCHE
copyright © Temps et Contretemps


John Kerry et le président Al-Sissi
            
         En refusant de signer un accord avec les Palestiniens, proposé par le trio John Kerry, l’Égypte et la Jordanie, Netanyahou a poussé le Hamas dans les bras d’Al-Sissi. Certes le président égyptien pourrait jouer le rôle de modérateur dans le conflit mais cette nouvelle alliance risque d’affaiblir le flanc sud d’Israël. La visite au Caire d’Ismaël Haniyeh, qui a remplacé Khaled Mechaal comme directeur politique, semble avoir porté ses fruits puisque, après des semaines de guerre larvée, l'Égypte et le Hamas sont parvenus à des accords sécuritaires, politiques et économiques.


Chars égyptiens au Sinaï

            Al-Sissi avait intérêt à calmer le jeu s’il voulait briser tout lien du Hamas avec Daesh au nord-Sinaï mais son accord n’a pas été bradé puisqu’il avait imposé des conditions qui ont été acceptées. Le Hamas s’engage à cesser toute contrebande d’armes, à contrôler l’infiltration d'hommes armés le long de frontière et à ne plus utiliser la bande de Gaza comme base d’attaques terroristes. Il s’engage surtout à ne pas chercher à organiser le retour au pouvoir des Frères musulmans. Les modalités de l’ouverture plus fréquente du passage frontalier de Rafah ont été définies en commun.
            Depuis la chute du président Morsi en juillet 2013, les relations entre l’Égypte et le Hamas s’étaient détériorées et avaient entraîné une connexion idéologique et opérationnelle du Hamas et des Frères musulmans avec les groupes djihadistes de la péninsule du Sinaï.  Ismaël Haniyeh était considéré comme le chef du bras armé des Frères musulmans accusés d’activités terroristes comme l’assassinat du procureur général égyptien Hicham Barakat en juillet 2015.
Procureur Hicham Barakat

            Il existe en fait des convergences d’intérêts sur plusieurs axes. L’Égypte ne peut pas se permettre de subir régulièrement la perte de centaines de soldats tués dans le Sinaï et a intérêt à interdire les foyers de formation de djihadistes à destination du Sinaï. Al-Sissi veut par ailleurs reprendre le leadership du monde arabe pour unir les rangs palestiniens et entrevoir avec eux la reprise du processus de paix. Compte tenu des rivalités dans la région, il veut empêcher le Hamas de rejoindre ses rivaux, la Turquie, le Qatar et l’Iran pour l’amener progressivement à un accord politique avec Israël.
            Al-Sissi veut reprendre son rôle de médiateur entre Israël, le Hamas et le Fatah pour tenter une paix sur de nouvelles bases. Mais pour cela, il doit améliorer sa stature régionale en stabilisant le Moyen-Orient pour apparaître comme incontournable auprès de la nouvelle administration américaine. De son côté le Hamas a compris qu’il ne pouvait pas contourner l’Égypte et que l’aide régionale passait impérativement par Al-Sissi. Sur le plan politique, la situation a beaucoup évolué. Une crise est apparue avec l’Autorité palestinienne en raison du réchauffement de ses relations avec le Qatar et la Turquie et du refus de Mahmoud Abbas de faire alliance avec Mohamed Dahlan, le leader du Fatah sur lequel compte l’Égypte pour une alternance pacifique.
Mohamed Dahlan et Mahmoud Abbas

            Après des années de tensions, l'Égypte fait miroiter des concessions sur la liberté de commerce et de circulation en échange de mesures contre les insurgés du Nord-Sinaï affiliés à l'État islamique. De plus, l’Égypte a mesuré le danger de maintenir le blocage économique de Gaza et prône la libre circulation des marchandises. Son objectif est donc de réduire la crise économique des régions situées à la fois du côté égyptien et du côté de Gaza , touchées par l'absence d'échanges commerciaux. Par ailleurs il est indispensable de limiter l’aide fournie par le Hamas à la branche islamique au Sinaï afin de tuer dans l’œuf la contestation. De son côté, malgré la permanence des points de passage entre Israël et Gaza, le Hamas a compris que l’accès aux marchés extérieurs impose l’utilisation du passage frontalier de Rafah.

            Enfin l’Égypte compte sur ses nouvelles bonnes relations avec le Hamas, proche des Frères musulmans, pour reconquérir sa légitimité auprès de la population égyptienne qui accuse Al-Sissi de collaborer avec Israël et de fermer les yeux sur la détresse économique des Palestiniens. Alors Al-Sissi a conçu une stratégie pragmatique, qui signifie nullement que les deux parties se retrouvent sur une même position politique. En effet, il n’est nullement question pour les Egyptiens de mettre fin à la lutte féroce contre les Frères musulmans. Une pause dans le combat est acceptée sans pour autant choisir un rapprochement idéologique contre Israël. La suspicion et la méfiance entre Gaza et l’Égypte restent les sentiments qui prédominent dans des relations intéressées.
            Ces dernières semaines, le Caire avait déjà assoupli les restrictions contre l'enclave palestinienne, en autorisant des camions de vivres et de fournitures à pénétrer dans la bande côtière. Israël, de son côté, observe non sans inquiétude ce rapprochement qui conditionnera la coopération future avec l’Égypte. Les échanges sécuritaires sont à la base de la lutte contre le terrorisme au Sinaï. Israël tolérera toutes les ouvertures politiques à condition qu’elles ne se traduisent par une augmentation de la contrebande d’armes qui pourrait se faire à son détriment. Selon un haut dirigeant du Hamas : «Nous voulons coopérer dans le contrôle des frontières et des tunnels, dans la remise des auteurs d'attaques armées et dans un boycott des Frères musulmans. Nous voulons ouvrir la frontière et augmenter les échanges. Cela a débuté, mais de manière partielle. Nous espérons que cela va se poursuivre».
Le Hamas déployé à la frontière égyptienne

            Le Hamas a déjà pris des mesures préventives. Il a commencé à renforcer les mesures de sécurité le long de sa frontière avec le Sinaï, en déployant des centaines de gardes et en installant des tours d'observation. Il a annoncé être prêt à agir contre les activistes opposés à l'accord de cessez-le-feu qu'il a conclu en 2014 avec Israël, par l'intermédiaire de l'Égypte. Mahmoud Al-Zahar, haut responsable du Hamas, a mis de l’eau dans son thé : «Si l'on compare notre situation à celle d'il y a un an, les choses se sont améliorées, mais pas encore comme il faudrait. Notre peuple a de grands besoins, pour voyager, poursuivre des études ou suivre des traitements médicaux et commercer librement avec l'Égypte».
            Si l’Égypte joue le jeu sérieusement, alors ses intérêts et ceux d’Israël pourraient être comblés. L’économie égyptienne reprendra des couleurs grâce au tourisme. Les couvre-feux, les points de contrôle et les bombardements aériens ont dévasté le paysage du Nord-Sinaï, qui attirait autrefois des touristes sur ses rives. Le Caire aspire au retour à la normalité pour attirer les investisseurs, qui ont fui depuis 2011. L’amélioration de la situation économique et humanitaire à Gaza évitera une flambée militaire qui risque d’enflammer le sud.  Alors les groupes djihadistes seront neutralisés et le terrorisme du Sinaï jugulé parce qu’ils ne pourront plus proliférer sur le terreau de la misère. Seule la reconstruction économique et l’amélioration de la vie de la population de Gaza pourront mettre fin à la lutte violente.
Centre commercial de Gaza

            Avigdor Lieberman, le ministre de la défense, avait anticipé ce revirement politique. Il a proposé d'investir dans la bande de Gaza en promettant un port, un aéroport, et la création d’une zone industrielle génératrice de milliers d'emplois à Gaza. Bien sûr il exige le retour des trois civils israéliens capturés et des corps de deux soldats de Tsahal. Il n'est pas dirigeant à s'exprimer à la légère. Ce qui est certain à présent, le centre de gravité du Proche-Orient est à nouveau dirigé vers le Caire.

   

1 commentaire:

Hamdellah ABRAZ a dit…

Une chose sûre est que l'Egypte est incontournable dans la solution des problèmes au Proche Orient et notamment celui Israélo-arabo/palestinien. L'Egypte quoi qu'on dise, demeure le pivot de cette sphère des pays arabe/arabophones. En outre son voisinage avec ISRAEL, son bellicisme dans le passé à l'égard de ce dernier, ayant entraîné des guerres et leurs lots de pertes importantes, humaines et matérielles, font que l'Egypte s'accroche au pivot qu'elle fut, en termes de puissance régionale, face à une Turquie prédatrice, à un Iran hégémonique considéré comme une menace à l'égard de l'autre pivot pétro-dollars et idéologique qu'est l'Arabie saoudite. Dans le passé, l'on a vu que ce qui est "bon" pour l'Egypte est également "bon" pour le reste des pays de la Ligue dite arabe. La mise en quarantaine et le déplacement du siège de la Ligue dite arabe vers la Tunisie, après le voyage de Sadate en ISRAEL ont mis en évidence la situation d'orpheline dans laquelle se trouvait la Ligue, sans le pays des Pharaon appelé "oum eddounia". En outre l'Egypte n'est plus concurrencée, comme ce fut dans le passé, par un Irak baatiste "fanfaron", repu de pétro-dollars d'un coté et d'un autre d'une Syrie hégémonique se voulant gardienne du temple du même baatisme.HAm