ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

samedi 11 novembre 2017

Arabie : MBS compte sur une alliance avec Israël



ARABIE : MBS COMPTE SUR UNE ALLIANCE AVEC ISRAËL
Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright © Temps et Contretemps
            
Le roi Salman, Ben Nayef et MBS

          La révolution de Palais en Arabie saoudite a permis à Mohammed ben Salmane Al Saoud, 32 ans, de devenir prince héritier dans le cadre d’une lutte des clans royaux. Il est également vice-Premier ministre et ministre de la Défense. Cette nomination actait l'élimination progressive du prince héritier précédent, Mohammed ben Nayef, 57 ans, congédié de son poste de ministre de l’intérieur, après deux années tumultueuses de luttes internes qui ont suivi l’accession au trône du roi Salman. La montée en puissance du Prince, qui symbolise les espoirs d'une population jeune attirée par le modernisme, est inhabituelle dans un royaume conservateur habitué à des dirigeants âgés. L’acte final de la révolution de palais vient de s’achever. On s’attendait à un coup d’État contre le Qatar mais c’est au sein du royaume qu’il s’est déroulé.



            Mohamed Ben Salman, surnommé MBS, avait décidé de sortir l’Arabie de sa torpeur. Il avait présenté un plan économique pour soigner le royaume de son addiction au pétrole en procédant à une véritable révolution structurelle. Les avis sont partagés sur la personnalité de l’héritier. Le quotidien britannique The Independant le qualifie «d’homme le plus dangereux du monde». Bloomberg estime qu’il est «l’homme de tous les pouvoirs à Ryad». Effectivement, en plus de ses postes au gouvernement, il est aussi président du Conseil des affaires économiques et de développement qui supervise la Saudi Aramco, première compagnie productrice de pétrole au monde.
            MBS est un chef de guerre doublé d’un réformateur à marche forcée dans un royaume qui relevait de la gérontocratie. Il a engagé son pays dans des réformes audacieuses à travers un système économique édifié sur la seule manne pétrolière. Il sait que cela ne durera pas éternellement et donc il veut garantir l’avenir de son pays en se dotant d’un fonds souverain de 2.000 milliards de dollars destiné à diversifier les investissements et les revenus d’une économie dépendante à 70% du pétrole. Il envisage également la privatisation des services de santé, des télécommunications et de l’éducation. Il a prévu l’instauration de la TVA en 2018, non seulement dans son royaume mais aussi dans tous les pays du Conseil de Coopération du Golfe. Il se veut moderne en étant opposé à la polygamie parce qu’il veut que son pays sorte de l’archaïsme.
L'art suprême de la guerre est de maitriser l'ennemi sans combattre

            Il est passionné de guerre et, à ce titre, c’est un grand lecteur des mémoires de Winston Churchill et de «L’art de la guerre de Sun Tzu» dont il a mis en application la théorie en lançant et en supervisant les opérations militaires au Yémen et en mettant sur pied une coalition arabe du Golfe contre l’expansionnisme chiite iranien dans la région. Il s’était rendu à Moscou, à la tête d’une délégation de haut rang, pour sceller la perte de confiance du Royaume envers Washington. En effet, restait dans les mémoires la mise à l’écart du royaume par Barack Obama. En conséquence, pour diversifier ses relations internationales, l’Arabie s’est tournée vers la Russie puis ensuite vers Israël. En effet une normalisation discrète a été préparée avec Israël. L’Iran a été le catalyseur qui a permis la normalisation de facto entre Israël et les monarchies du Golfe.  MBS avait été le maître d’œuvre de la normalisation. En réalité, en faisant le choix d’Israël contre l’Iran, les pétromonarchies du Golfe ont choisi la survie de leur trône.

            Sur incitation du prince héritier, l’Arabie saoudite a noué une coopération technologique avec la société Daront, société High-tech installée à Ramat-Gan, pour un programme informatique et sa mise en œuvre par une formation aux États-Unis du personnel saoudien. Par ailleurs, le royaume avait attribué au groupe israélien G4S la responsabilité de la sécurité du pèlerinage à La Mecque et de l’aéroport de Dubaï. La firme israélienne AGT, dirigée par un Israélien installé aux États-Unis, a édifié un barrage électronique dans la région frontalière entre les Émirats Arabes Unis et le Sultanat d’Oman pour empêcher les infiltrations hostiles. Il serait question à présent d’autoriser les entreprises israéliennes à s’implanter en Arabie et de permettre à la compagnie aérienne El Al d'utiliser l’espace aérien saoudien.
          Le jeune héritier, qui a choisi la voie du pragmatisme et du combat contre l'Iran, joue la survie de son royaume anachronique et féodal. Mais pour concrétiser sa vision grandiose du royaume, MBS a dû passer par un «nettoyage» forcé de tous ceux qui pouvaient freiner son ascension et ses projets. Sous prétexte de lutte contre la corruption, il a éliminé les hommes les plus hauts placés qui pouvaient lui faire de l’ombre, y compris quatre ministres et le fils d’un ancien roi, ainsi que la plus grande fortune du monde, Al-Walid ben Talal.
Walid Ben Talal

            Tous les leviers du pouvoir sont maintenant entre les mains d’un homme jeune, dynamique mais inexpérimenté. Il a prouvé, en tant que ministre de la défense, qu’il aimait prendre des risques au point d’avoir la réputation d’imprudent. Il a lancé une campagne aérienne contre les Houthis au Yémen mais dix mille morts plus tard, les Houthis sont encore fermement ancrés dans la capitale Sanaa. Sur le plan intérieur, il a imposé l’austérité mais n’a pas manqué de dépenser jusqu’à 500 milliards de dollars en matériel militaire américain. 
Erdogan et l'émir du Qatar

            Il ne mesure pas assez les conséquences à long terme de ses actes. La fermeture des frontières saoudiennes avec le Qatar a accéléré l’arrivée de troupes turques à Doha. Cela pourrait obliger la Turquie, le Koweït et Oman à se réconcilier avec l’Iran. Par ailleurs le fossé créé par la guerre syrienne entre le Hezbollah et le Hamas peut également être rapidement comblé. Au lieu d’unir les sunnites, MBS aura réussi à le fragmenter et le diviser.
Armée saoudienne

            Il ne se résout pas à avoir perdu au Yémen et en Syrie et il sent que le Liban risque de lui échapper au point de vouloir faire la guerre sachant qu’il mise sur le soutien israélien. Il a besoin d'une victoire militaire pour faire briller son image. D'ailleurs, il aurait conseillé à Hariri de démissionner pour lui laisser les mains libres d’agir. La famille Hariri ne peut que se plier car elle doit sa fortune aux largesses saoudiennes et elle n’a été au pouvoir au Liban que sous protection saoudienne. MBS ne supportait pas le protectorat imposé par Bachar Al Assad sur le Liban et pour gangrener le régime syrien, l’Arabie avait financé des groupes d’opposition armés syriens, et même ceux de Daesh et d’Al Qaeda.
            A présent il veut mettre tous ses moyens politiques et militaires dans le conflit avec l’Iran pour ne pas subir un troisième échec. Certes, il se retrouve en adéquation avec Israël qui cherche à contrer la nuisance iranienne dans la région. Netanyahou y trouve lui-même son intérêt car il s’agit d’un moyen pour s’affranchir de la tutelle des Américains. D’ailleurs, il a envoyé un télégramme à tous ses diplomates, dont la teneur a été publiée par le journal Haaretz, pour qu’ils affichent une ligne pro-saoudienne après la démission de Hariri.
Armée de l'air saoudienne

            C’est une preuve supplémentaire que les deux pays sont en phase pour éradiquer le danger iranien. L’armée saoudite est l’une des plus dotés de la région en matériel, en hommes et en ressources financières tandis qu’Israël est leader en innovation militaire. L'Arabie dispose de 400.000 soldats avec un budget de 60 milliards de dollars face aux 17 milliards d'Israël et aux 18 milliards de la Turquie. Les militaires saoudiens ont acquis de l’expérience dans leur combat au Yémen contre les Houthis.  Après l’abandon de l’Égypte et de la Syrie par les Américains, MBS a compris qu’il ne peut pas s'appuyer sur une aide extérieure. Il compte donc sur Israël pour s’assurer une couverture militaire en cas d’attaques lancées par les Mollahs. Comme Netanyahou, il n’avait pas caché son opposition irréductible à l’accord nucléaire américano-iranien qui laisse la possibilité à l’Iran de poursuivre en secret ses fabrications d’armes de destruction massive.
Frappes israéliennes

            Les Saoudiens avaient misé sur leur alliés islamistes syriens pour mener l’assaut contre le régime d'Assad mais ils ont été déçus de leur échec, dû en grande partie à l’intervention russe. Ils avaient apprécié les frappes israéliennes en Syrie contre les installations militaires iraniennes occupées par le Hezbollah. MBS semble vouloir s’inspirer de la stratégie politique consistant à calmer son opposition interne par une éventuelle guerre. En poussant Hariri à démissionner, il veut provoquer une crise grave au Liban qui s’écroulerait sans le soutien financier et commercial de l’Arabie.
            Mais il compte surtout sur une alliance militaire avec Israël pour mener une guerre commune régionale en lançant des attaques contre des cibles iraniennes au Liban, en Syrie et éventuellement en Iran. Mais par inexpérience, il ne mesure pas l’éventualité de contre-attaques qui toucheraient Israël en premier, l’Arabie et les États du Golfe. Il n’a en vue que de plier le Liban pour le forcer à prendre des mesures draconiennes contre le Hezbollah.
            Il y a trop d’incertitudes dans ce scénario car MBS n’a pas l’air de tenir compte du facteur russe qui ne restera pas passif face à une guerre. Certes, contrairement à Israël, les Saoudiens ont les moyens financiers de soutenir un conflit prolongé au Liban et une autre invasion israélienne. Mais les stratèges militaires israéliens sont prudents par expérience et ils savent mesurer les risques et calculer leurs intérêts, même si Donald Trump donnait son imprimatur. En effet, en faisant sa première visite à l’étranger en Arabie saoudite, il avait donné l’impression de cautionner une telle aventure contre l'Iran.      

            Aujourd’hui, la guerre psychologique, déjà lancée entre l'Arabie saoudite et le Liban, est montée d'un cran. MBS est convaincu que la guerre est sur le point d’éclater. Il a appelé ses ressortissants à quitter «le plus vite possible» le Liban et déconseillé aux Saoudiens de s’y rendre en raison de «la situation» dans ce pays. Cela pourrait n'être que du bluff mais tout peut déraper face à la jeunesse du Prince. Miguel de Cervantès avait écrit :  «la valeur qui va jusqu'à la témérité est plus près de la folie que du courage» .

2 commentaires:

David DORNBUSCH a dit…

1 je serai pas surpris que le dossier palestinien se debloque soudainement, je pense pas qu'Israel va courir le risque d'avoir uen 5E colonne a ses portes

2 le probleme est que les iraniens (et surtout le general Soleimani) sont beaucoup plus forts que les actuels strateges saoudiens et meme israeliens.. et donc c'est pas gagné

Gilbert BRAMI a dit…

Il y a longtemps, le roi Fayçal d'Arabie en 1969 a fait une déclaration au Washington Post favorable à l'Etat des Juifs. Il fut assassiné par un de ses neveux quelques temps après ! Cette déclaration fut amplifiée par le prince Mohammed ben Salmane Al Saoud il y a environ 6 mois ou + !. C'est pourquoi, j'ai le sentiment que la démarche actuelle de l'Arabie Saoudite est un appel pour être aidé face aux Ayatollahs chi'ites Irakiens, Iraniens, Syriens et Libanais !